\\\"Sanskrit road\\\" .... संस्कृतम

\\\

FAITS MARQUANTS....ACTUALITES ( 2010)

Septembre 2010 :

- Dehli La capitale indienne a enregistré plus de 2.500 cas de dengue depuis le mois d'aout 2010 (soit 200 fois plus que l'an dernier à même époque !!!), la ville enregistre environ 70 nouveaux cas chaque jour et que savons nous des chiffres officiels ? car ceux  rapportés par les hôpitaux et laboratoires privés continuent d'être beaucoup plus élevés que ceux cités par les médias ....

 

- La principale ville du Cachemire indien, Srinagar, ressemble à une ville fantôme: magasins fermés, rues désertes, silence impressionnant. Puis la vie reprend quelques heures, le temps de la levée provisoire du couvre-feu. Les étals maraîchers fleurissent alors à chaque coin de rue, la circulation frise les embouteillages et les habitants se ruent hors de chez eux pour acheter de la nourriture, des médicaments ou des jouets pour leurs enfants.

Depuis plus de 3 mois, cette région à majorité musulmane est secouée par de violents heurts entre des manifestants séparatistes et les forces de sécurité qui se sont soldés jusqu'à présent par la mort d'au moins 106 civils. Pour empêcher les manifestations, les autorités ont imposé dans la plupart des villes de stricts couvre-feux qui peuvent durer plusieurs heures par jour. Toute personne surprise dans la rue risque d'être rossée ou d'être visée par les tirs des forces paramilitaires;

Ainsi le million d'habitants qui peuple la ville se cache pendant ces heures mortes au fond de ruelles où l'on peut apercevoir des hommes dans l'embrasure de portes parlant politique tandis que des familles à l'intérieur regardent la télévision ou jouent aux cartes.... les familles stockent le riz et les lentilles, au cas ou ....

En temps normal, les mariages cachemiris sont célébrés toute la nuit par des centaines d'invités, mais depuis plus aucune fête n'a été organisée ! 

Et ce n'est pas tout, la situation affecte aussi l'industrie touristique qui commençait juste à relever la tête quand la vague de violences a repris. L'insurrection séparatiste née en 1989 avait diminué et les touristes du monde entier commençaient enfin à revenir dans la région.

En dépit de ces dangers les Cachemiris relevent la tête et pronnent trés clairement :
 
"Nous savons ce que nous voulons, au nom de la liberté, nous choisissons d'affronter les balles et nous abandonnons la possibilité de vivre une vie facile"
 
 
 
 
 


23/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres